Thales + Friends

Retour de Mykonos: Les mathématiques et l’art de raconter

Posted on 29 July, 2005 in category: Conferences

Author: Jean-Michel Kantor

Jean-Michel Kantor is a mathematician working in Paris, doing research in mathematics, its history and philosophy, and active in the diffusion of culture. He is a member of the editorial board of the magazine La Quinzaine littéraire, where this article appeared. For more, see http://www.math.jussieu.fr/~kantor.

Les grecs ont toujours su raconter de belles histoires même pour parler de mathématiques, qui sont nées là-bas :pensons au dialogue du carré chez Platon, ou à l’art des paradoxes de Zénon d’Elée.

Littérature et mathématiques? Le théorème de Thalès est au cœur de l’intrigue du Scarabée d’or de Poe, ” l’intégrale pour maigrir ” participe aux désarrois de l’élève Toerless chez Musil, et plus récemment le héros de l’Odile de Queneau est un maître ès mathématiques.

Est-ce au début d’un nouveau chapitre de cette liaison millénaire entre les mathématiques et l’art de raconter, plus réflexive , que nous avons assisté lors du Séminaire qui a réuni une trentaine de partipants début aout au soleil de Mykonos? La variété des participants et la densité des interventions incite à le croire. Le projet de ce Séminaire a été monté par une équipe réunie autour d’Apostolos Doxiadis , auteur d’un best-seller paramathématique (“Oncle Petros et la conjecture de Goldbach”). L’ambition étant de profiter des succès de librairie ou de cinéma (Pi,Nash…)pour réunir autour des mathématiques et de l’art de la narration (fiction,non-fiction,théorie du récit)

des mathématiciens de grand renom (Barry Mazur, Timothy Gowers, médaille Fields, Pierre Cartier ancien patron de Bourbaki, Doron Zeilberger)
des historiens
des littéraires
des psychologues , sémioticiens et cognitivistes

Citons , parmi de très nombreuses interventions passionnées: D’abord les mathématiques au théatre :John BARROW , astrophysicien et excellent conteur de science a écrit une pièce sur l’infini dont Luca Ronconi a fait un spectacle, joué à Milan à guichets fermés pendant deux ans , Barbara OLIVER, grande dame du théatre de la côte Ouest des USA a raconté son expérience avec la pièce d’Ira Hauptman ”Partition” mettant en scène le choc des cultures et des caractères dans les années vingt à Cambridge, quand le mathématicien Hardy collaborait avec le jeune génie venu des Indes Ramanujan. Le drame, présent dans cette pièce dans le choc des cultures peut naître des tensions même de la quête du savoir, comme Barry Mazur (Harvard) a su le montrer à propos des travaux de haute volée en cours où les résultats expérimentaux (à l’ordinateur) sont en complète contradiction avec les théorèmes espérés. Faut-il espérer un “Deus ex computer “?

A l’autre bout du spectre , Rebecca Goldstein auteur à succès de livres où les mathématiciens sont parfois des personnages et les mathématiques fournissent des métaphores inspirées ( comme le montre le titre de ses ouvrages , “Strange attractors “, “Mind and Body problem ” ) a su évoquer , à propos de Kurt Gödel et d’autres, le drame intrinsèque à la figure du mathématicien , tendu entre le fini et l’infini . . . L’histoire était largement représentée:K. Chemla (la Chine ancienne ), Doron Zeilberger , mathématicien israélien “descendu” à Rutgers, personnage haut en couleurs qui manie l’ironie historique avec les histoires du Rabbin Ibn Ezra qui mêlait dans ses travaux mathématiques linguistique , astronomie et superstition. On a même pu constater que notre époque voit apparaître d’autres formes de littérature: Christos Papadimitriou, professeur d’informatique à Berkeley, a raconté comment le parallélisme du roman et de l’informatique lui a inspiré un roman post-moderne (Turing”) où les dialogues prennent parfois la forme de lignes de programmes informatiques. Allant plus loin,toute une équipe grecque travaille à un grand projet de BD sur l”histoire de la logique avec Betrand Russell comme héros !

Outre le drame, les mathématiques sont une passion amusante , un jeu, parfois un spectacle . Persi Diaconis (Stanford) , mathématicien , éminent spécialiste des statistiques illustre ses théorèmes de tours de carte. Pour lui les problèmes de mathématiques ne prennent de l’intérêt que s’ils sont enrobés d’une histoire . Ainsi Diaconis a raconté comment il a réussi à donner le classement historique , aujourd’hui admis, des textes de Platon grâce à une étude statistique difficile des dernières cinq syllabes de chacune des phrases du corpus des œuvres.

Marcus du Sautoy, professeur à Oxford, auteur d’un best-seller de la popularisation des mathématiques a un fantastique pouvoir de conviction:non seulement peut il convaincre l’audience, à coups de divers instruments de musique, tambours et trompettes, qu’elle peut aborder les mystères des nombres, il a même convaincu ses amis de l’équipe de foot de Londres de ne mettre que des nombres premiers sur leurs dossards !

Pour aider à défricher ce nouveau territoire, pour approfondir ce rapprochement entre la mathématique et l’art de la raconter, la contribution de psychologues, sémioticiens, cognitivistes n’est pas de trop . Par exemple Mark Turner (Case Western ) a montré comment les travaux récents d’intégration conceptuelle (blending) s’appliquent au rôle de l’imagination narraive en mathématiques.

Enfin, dans une brillante intervention à cheval entre mathématiques et littérature, qui portait un peu la quintessence de ces journées inspirées, Timothy Gowers a montré comment la littérature pourrait contribuer à améliorer la communication à l’intérieur du monde mathématique , en s’inspirant de jeunes auteurs anglo-saxons (Martin Amis, Don Delillo, Middlemarch…). Sans doute une présence continentale plus affirmée (Jacques Roubaud, Schiff) aurait encore enrichi le séminaire,c’est pour une prochaine fois.

L’avenir dira si un nouveau chapitre de cette histoire millénaire est en train de s’ouvrir, qui favorise une meilleure écoute de ce que Barry Mazur appelle “la plus longue conversation de l’humanité “:les mathématiques. Qui ajoutera un chapitre ( mathématique) à la promenade de Bouvard et Pécuchet ?

© Copyright 2001-2005 Thales + Friends.

designed & developed by elegrad